Retournez à la page d'accueil
Poterie de Plum
Poterie de Plum
Poterie de Néra
Poterie de Néra
Poterie Lapita Visage
Poterie Lapita Visage
  • 1
  • 2
  • 3
Accueil > Activités > Missions et programmes en cours > Programme Ile des Pins

Programme Ile des Pins

Fouille_IDP_201De septembre 2006 à décembre 2010, le Département Archéologie, devenu depuis IANCP, a mené sur l'Ile des Pins une vaste campagne de prospection et de fouilles archéologiques dans le cadre d'une recherche pluriannuelle qui vise à mieux définir les 3000 années d'occupation humaine sur cette île. L'IANCP est aujourd'hui dans la dernière phase du projet, à savoir la rédaction du rapport scientifique final clôturant 4 années d'investigations.

Si l'ensemble de la recherche archéologique à l'Ile des Pins avait jusqu'alors porté sur le peuplement Lapita et les mystérieux tumuli, les nouvelles recherches ont été concentrées dans un premier temps sur les sites archéologiques de surface. En effet, la diversité des types d'environnement de l'Ile des Pins (savane côtière, plateau ultramafique, grande forêt calcaire, îlots, contreforts cultivables du plateau) offrait des possibilités différentes d'exploitation du milieu par les hommes, ceux-ci ayant en retour bouleversé leur environnement pour lui donner son aspect actuel. Ces campagnes de prospection ont permis de mettre au jour de nombreux vestiges inconnus tels que des murets parcellaires, des terrasses de cultures empierrées, des tertres de cases et des abris sépulcraux. A l'occasion des grands feux de 2010, nous avons même pu mettre en évidence certains aménagements anthropiques liés aux tumuli, ce qui n'avait jamais été possible jusqu'ici. Les fouilles archéologiques qui ont suivi ont essayé de mieux définir l'occupation humaine de manière diachronique, ce notamment par la fouille du petit abri de Mwaitëe, enregistré sous le code KTT006. Ce sondage de 4m² a permis la mise en place d'une chronologie stratigraphique quasi complète de l'Ile des Pins, de 970 av. J.-C. jusqu'au 19ème siècle. L'analyse du mobilier archéologique associé à ces niveaux clairement datés permet de mieux comprendre les relations d'association ou d'isolation de l'Ile des Pins vis-à-vis de ses voisines (Grande Terre et Iles Loyauté) au cours des 3 derniers millénaires, de même que l'analyse des résidus osseux et coquillés offre de précieux renseignements sur le régime alimentaire de ces populations.